Anne-Sarah Le Meur

Prix régulier €900,00

Anne-Sarah Le Meur

"Caresse_Verte", 2014

Tirage chromogénique (papier argentique), contrecollé sur dibond, châssis bois au dos

40 x 45cm

3/5 editions, signées, certificat d'authenticité

 

Née en 1968 en France, vit et travaille à Paris

Anne-Sarah Le Meur utilise depuis une vingtaine d’années l’ordinateur et le langage informatique pour créer ses images. Les nombres, les itérations et boucles, qu’elle mélange et malaxe, modulent les formes, les couleurs, les rythmes comme elle ne pourrait sans doute pas le faire sans eux. Tout en revendiquant un héritage pictural, Anne-Sarah Le Meur cherche les limites de l’image de synthèse (l’image 3D peut-elle être plane plutôt qu’ostensiblement tridimensionnelle ? Que produit l’effet graphique du maillage filaire ? Quelle serait l’image 3D la plus élémentaire possible techniquement ? Les phénomènes lumineux de l’espace virtuel peuvent-ils différer de ceux de notre espace concret ? ... Le corps de l’artiste influence-t-il encore la création lorsque celle-ci s’enracine dans l’informatique ?). Emerge ainsi un monde imaginaire, abstrait certes, mais vivant, grouillant, étrangement organique, quasi-sensuel. Ses images adoptent diverses formes, fixes ou animées, enregistrées ou génératives, tirages photographiques ou projetées en performance. Sa dernière réalisation, Outre-ronde, propose au spectateur d’interagir avec l’image, par le regard, dans un écran cylindrique de 3.5 mètres de diamètre. Après avoir étudié l’image 3D artistique à l’Université Paris 8, Anne-Sarah Le Meur enseigne les pratiques numériques à l’Université Bauhaus-Weimar puis à l’Université Paris 1. Son activité de chercheuse se partage entre l’enseignement, la création et l’écriture d’articles, la participation à des colloques et à des festivals.


———————————————


Born in 1968 in France, lives and works in Paris

For nearly thirty years, Anne-Sarah Le Meur has been using computers and computer language to create her images. Her mixing and exploration of numbers, iterations and loops and her modulation of shapes, colours and rhythms would most certainly not be possible without them. While claiming a pictorial heritage (Turrell, Rothko, Monet... Guston), Anne-Sarah Le Meur seeks the limits of computer graphics: What would be the most elementary 3D technically possible? Can the 3D image be flat rather than ostensibly three-dimensional? Can the luminous phenomena of virtual space differ from those of our concrete space? How does one nuance tones in precisely controlled, yet seemingly unfocused, field of colour... Does the artist’s body still influence creation when it takes root in computers? Thus emerges a dreamlike world, abstract of course, but alive, teeming, strangely organic, almost sensual.

Her images take various forms, fixed or animated, recorded or generative, projected in performance (sound or silent), or exhibited in photographic prints. She has also created an interactive piece for cylindrical screens, based on peripheral vision, where slow gaze activates the image (ZKM, 2011). Vermille, a river work written over several years, broadcast on a single screen or in polyptych, plays on the series of colourful variations.

After studying 3D artistic image at the University of Paris 8, Anne-Sarah Le Meur teaches digital practices at the University Bauhaus-Weimar and then at the University of Paris 1, Ecole des Arts de la Sorbonne. Her research activity is divided between teaching, creating and writing articles, and participating in conferences and festivals.